Education

Une nouvelle chance pour les enseignants volontaires

instituteurLe ministère de l’enseignement primaire et secondaire a lancé il y a quelques jours un concours de recrutement  de 1.000 enseignants pour, selon eux compléter l’effectif existant. Parmi les concourants les enseignants volontaires pourront également figurer, chose qui n’était normalement pas possible. Une décision annoncée jeudi par Gilbert Bawara, le ministre de la Fonction publique.

Ce recrutement de nouveaux enseignants a été lancé alors que le secteur éducatif battait de l’aile. Une décision qui a été largement critiquée de part et d’autre. Beaucoup  estimaient que ce recrutement intervient au mauvais moment lorsque les conditions de vie et de travail des enseignants déjà existants ne sont pas à la hauteur des attentes.

Mais pour les autorités togolaises, le discours est tout autre. « Le primaire et le secondaire ont besoin de professeurs de mathématique, de physique, de Français, d’histoire-géographie et de SVT », dit on.

Pour montrer leur « bonne foi », les autorités ouvrent un tant soit peu la vanne. En plus des postulants ordinaires qui  doivent avoir le Bac, le CAP (Certificat d’aptitude professionnelle) et une licence (pour l’enseignement secondaire), les enseignants volontaires en activité et titulaires du BAC II + CAP CEG pourront également participer à ce  concours. Seule limite : l’âge.  Les enseignants volontaires âgés de plus 45 ans ne pourront pas participer au recrutement, renseigne le ministre.

Les enseignants volontaires sont des enseignants recrutés dans les écoles des initiatives locales. Comme leur nom l’indique ces enseignants mettent volontairement leur savoir faire au service des élèves  sans contrat de paiement. Initialement recrutés par les communautés, ces instituteurs se faisaient gratifier tout simplement de leurs dons. Puis en 2010,  l’état s’est engagé  à prendre en charge le payement des aides aux enseignants volontaires à raison de 90 000fcfa par année soit une modique somme de 10 000f par mois.

Si la chance leur sourit ce recrutement pourrait donc constituer une nouvelle bouffée d’air pour ces éducateurs.

 

Commentaire d'article

Umalis