Faits divers

Arnaque criarde à Lomé : Quand des filles s’emparent de whatsapp pour escroquer des hommes

whatsappL’application de messagerie mobile whatsapp a aujourd’hui conquis tous les cœurs. Son utilisation simple pratique et surtout économique a drainé tout un monde d’utilisateurs. Cependant loin de servir au moyen de communication idéal, whatsapp est aujourd’hui un canal pour mentir, tromper et même escroquer. C’est le cas de certaines jeunes filles qui ont trouvé en cette application une aubaine pour « dénicher » des hommes capables de les gaver financièrement.

Les déboires de l’application « whatsapp » ne sont plus méconnus de ses utilisateurs. Propagande, rumeur, mensonges, dénigrements…tout y passe. Et des jeunes filles, elles, ont également trouvé le moyen idéal pour réaliser leurs forfaits : séduire et tromper via ce canal.

Le phénomène est surtout notoire en ces périodes de fin d’année, moment pendant lesquels la gent féminine cherche désespérément  le « financier » de ses besoins. Tous les moyens sont bons pour décrocher un homme. Et lorsqu’elles n’en trouvent pas  whatsapp constitue le dernier recours.

La méthode est simple : inventer un numéro à enregistrer dans son téléphone et lancer la conversation à son interlocuteur. Le moyen n’est certes pas sur  mais c’est un risque à prendre. « Si cela ne marche pas on recommence avec un autre numéro jusqu’à ce qu’on tombe sur un preneur », confie l’une des jeunes filles qui s’est prêté au jeu.

Selon des témoignages recueillis, ces filles se font passer pour des connaissances, des ex, ou des filles que l’homme aurait une fois essayé de conquérir et le jeu de séduction commence. Ces filles feignent d’être amoureuses ou désespérés dans leurs messages pour attirer l’attention de l’homme.

Menaces ou mots doux, photos de séductions, appels répétés, etc. Tant de moyens pour amener l’homme à s’intéresser à elles.

« Je recevais presque chaque minute des messages d’amour et de câlins qui me faisaient franchement du bien et là je n’ai pas pu tenir. J’ai quelques jours plus tard souhaité la rencontrer », témoigne Eric, l’une des victimes du « phénomène whatsapp »

Et lorsque la mayonnaise prend, c’est parti pour une série de requêtes financières à n’en point finir.

Escroquerie ou pas, ces filles savent ce qu’elles veulent  et disposent de plus d’un tour pour arriver à leurs fins. Le phénomène se répand petit à petit mais reste peu ou méconnu de la plupart des hommes. La prudence reste de mise donc. Un petit « salut » inconnu peut avoir de grandes répercussions sur la bourse !

Commentaire d'article

Umalis