Santé

Lutte contre les produits contrefaits : deux moyens pour un seul but

perime

La Ligue des consommateurs du Togo (LCT) et le ministère du Commerce mènent le même combat contre les produits contrefaits écoulés sur le marché. Pourtant, la collaboration entre ces deux institutions semble quasi-difficile sous la menace de la promotion de l’impunité et du laxisme dont fait montre le ministère du Commerce.

Dans une interview accordée aux journalistes de Zéphyr, le président de la LCT, Emmanuel Sodadji, a confié que l’impunité menace sa collaboration avec le ministère du Commerce. Souvent, les contrevenants interpellés lors des descentes inopinés sur les marchés, ne sont pas pénalisés selon la Loi.

« Lorsque nous descendons sur le terrain, nous travaillons avec les représentants régionaux du ministère du Commerce. Mais nous pensons que cela ne doit pas être limité à ce niveau. Cette collaboration n’a pas avancé. C’est vrai qu’on arrête les gens et on fait référence au ministère. Mais les sanctions infligées aux auteurs ne nous satisfont pas. Nous pensons qu’il faut aller au-delà des sanctions pécuniaires et respecter vraiment la loi. Voire, aller jusqu’à la suspension d’exercice d’activités commerciales aux contrevenants. Il faut qu’on commence vraiment par sanctionner les gens, selon la rigueur de la loi », réclame-t-il.

Pour lui, il existe une négligence au niveau du ministère du Commerce dans le contrôle du marché togolais. Normalement, aucun produit ne doit couler sur le marché « sans l’autorisation du ministère du Commerce ». Et si les produits contrefaits abondent le marché en ces périodes de grande consommation, « c’est que le travail n’est pas bien fait ».

En sa qualité de promoteur des droits des consommateurs, Emmanuel Sogadji en appelle à la vigilance des populations afin qu’ils vérifient les dates de péremption des produits avant tout achat.

Commentaire d'article

Umalis