Développement Jeunesse et emploi

6ème revue annuelle du ministère du développement à la base : « les résultats sont satisfaisants »

fnfi-2

Les résultats de la 6ème revue annuelle 2016 du ministère du Développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes ont été rendus publics par la ministre, Mme Victoire Tomégah-Dogbé. De ces résultats, on retient que les performances sont globalement satisfaisantes avec un taux d’exécution moyen d’environ 90% de la lettre de mission du ministère et un taux de décaissement de l’ordre de 91%.

Plus de 135.000 personnes ont bénéficié de l’Accès des pauvres aux services financiers (APSEF), de l’Accès des agriculteurs aux services financiers (AGRISEF) et de l’Accès des jeunes aux services financiers (AJSEF). En outre, on enregistre plus de 700.000 bénéficiaires du Fonds national de la finance inclusive (FNFI) et à peu près 217.000 crédits ont été renouvelés pour un montant de plus 18 milliards de francs CFA.

De même, 8.300 emplois durables et 11.400 emplois temporaires ont été créés pour les jeunes togolais à travers le Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes (FAIEJ), le Programme d’appui au développement à la base (PRADEB) et l’Agence nationale du volontariat au Togo (ANVT).

« Les résultats enregistrés au cours de l’année 2016 sont satisfaisants et ont contribué sans nul doute à faire reculer davantage les frontières de la pauvreté dans notre pays », a déclaré la ministre. En effet, selon l’enquête QUIBB 2015, l’incidence de la pauvreté est passée de 61,7% à 55,1% entre 2006 et 2015, la pauvreté en zone rurale est passée entre 2011 à 2015 de 73,49% à 68,7%.

« L’un des défis majeurs de notre pays dans l’atteinte de ces priorités est de mobiliser les moyens pour rapidement porter à l’échelle les expériences réussies que nous avons menées afin d’engranger plus rapidement des résultats de développement qui répondent de manière plus significative aux multiples et légitimes attentes des populations à faible revenu », a relevé Mme Tomégah-Dogbé. En 2017, un accent particulier sera mis sur le PUDC qui, selon les premiers responsables du ministère du développement à la base, constitue « un instrument puissant pour accélérer la réalisation des résultats ».

Le ministère poursuivra la mise en place des microprojets d’infrastructures socio-collectives et économiques, le renforcement des filets de protection sociale avec en priorité la protection et l’épanouissement des enfants et l’intégration socio-économique des personnes vulnérables, le renforcement de l’inclusion socio-économique et financière des populations vulnérables et l’intensification des moyens d’actions en faveur de l’épanouissement, de l’entrepreneuriat, de l’employabilité et de l’emploi des jeunes. Ces actions contribueront sûrement à booster les rendements du ministère au prochain bilan.

Commentaire d'article

Umalis