Développement

Décembre 2015 – Décembre 2016 : quel bilan pour les ODD au Togo ?

Sustainable Development Goals_E_Final sizes

Il y a un an, le Togo a dit « oui » à l’éradication de la pauvreté, à la protection de la planète et à la garantie de la prospérité pour tous à l’horizon 2030. Comme tous les autres pays du monde, il a signé son adhésion au concept de développement durable. Avec ses plus de 7 millions d’habitants dans une superficie de 56 600 km², il a promis faire des 17 objectifs fixés par les Nations Unies son cheval de bataille pour un monde meilleur. Cependant, c’est l’un des 22 pays pilotes qui se délectent dans les crises sociales, les dettes publiques et la mauvaise gouvernance.

Selon le rapport des Nations Unies réalisé en Avril 2014, aucun des huit (O8) Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) n’a été atteint par notre pays. De même, l’agenda 21 n’a pas été bouclé. On voit bien que les résultats n’ont pas été encourageants pour les deux premières phases de développement fixées par les Nations Unies (Agenda 21 et OMD). Pourtant, le Togo s’est engagé en tant que Pays pilote dans l’exécution des ODD.

Lutte contre la faim et la pauvreté, promotion de la santé et du bien-être, éducation de qualité, égalité entre les sexes, eau potable, assainissement et énergie à moindre coût, travail décent et croissance économique, réduction des inégalités, villes et communautés durables etc., pour ne citer que ceux-là, les efforts sont faits par le gouvernement, les associations et les organisations de société civile. Toutefois, beaucoup reste à faire.

Soulignons que ce ne sont certes pas les moyens qui manquent à ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest qui a des difficultés énormes pour quitter le lot des PPTE (Pays Pauvres Très endettés). En effet, les gouvernants togolais s’engagent dans des projets faramineux qui n’aboutissent à aucun résultat concret. En guise d’exemple, selon un audit de la Banque Mondiale,  près de 385 millions de FCFA ont été investis dans le PADSP (Programme d’Appui au Développement du Secteur Privé) sans jamais arriver à faire décoller le projet. En outre, la même institution évalue la dette publique du Togo en Novembre 2016 à plus de 75% du PIB, largement au-dessus du plafond en vigueur dans la zone de l’UEMOA.

A cette allure, on se demande à quel est le plan d’action pour que les ODD soient atteints en 2030 ? Les deux secteurs clé de développement sont en berne. Quelle éducation de qualité peut-on envisager dans 14 ans pendant qu’enseignants et élèves désertent les salles de classe, quelle promotion du bien-être quand les hôpitaux sans équipements deviennent des mouroirs ?

Commentaire d'article

Umalis