Culture & Réligion

Religion : le Togo serait le visage même de la laïcité

laicite

Le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP) s’est penché lors de la 3ème édition des Journées portes ouvertes de la presse togolaise sur  la contribution des médias au dialogue interreligieux et à la promotion du vivre-ensemble dans un environnement régional menacé par le fondamentalisme religieux.

Depuis quelques années, certaines parties du continent africain notamment la bande saharo-sahélienne sont le lieu de prédilection d’actes terroristes commis au nom de la religion. Le fondamentalisme islamique prend de plus en plus d’ampleur et est tenu pour le fer de lance du terrorisme. Cependant, au cours des réflexions, le président du CONAPP, M. Jean Paul Agboh Ahoueleté relève que « le Togo ne connaît pas de fondamentalisme religieux ». En effet, aucun « incident important » contre de la liberté religieuse au Togo n’est signalé dans le rapport 2016 de la fondation Aide à l’Église en Détresse.

Rappelons que le Togo est l’un des 34 pays membres d’une alliance contre le terrorisme islamiste lancée par l’Arabie Saoudite. Dans ce pays de l’Afrique de l’ouest où les adeptes de différentes religions cohabitent dans une relation paix, notons que les chrétiens sont majoritaires avec 47 %, les religions traditionnelles représentent 34 % de la population, les musulmans 18 %, et d’autres croyances se partagent 1 %.

Il est donc important de préserver la coexistence pacifique que l’on observe entre « les grandes religions monothéistes », relève M. Agbo Ahoueleté qui précise que « le dialogue entre ces religions existe et contribue, entre autres facteurs, à préserver la paix sociale ». Selon lui, le dialogue interreligieux pourra contribuer à freiner le terrorisme qui a court actuellement dans la sous région : « les réponses au terrorisme doivent donc être multiformes : religieuse, politique, économique, sociale et militaire. Certaines doivent être conjoncturelles, d’autres structurelles ».

Dans ce combat, « la presse a un grand rôle à jouer pour préserver la paix », notamment par la pédagogie, la sensibilisation de l’opinion publique, la promotion du vivre-ensemble et la diffusion des « messages de paix que contiennent les livres saints », indique ce professionnel des médias.

Commentaire d'article

Umalis