Justice Politique

Le MMLK, pour que les droits de l’homme soient connus et respectés

mmlk

Après l’association Nouveau de Droit de l’Homme (NDH-Togo) de Me. Bertin Amégah Atchon, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) du Pasteur Edoh Komi monte au créneau pour vulgariser la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) de 1948. Son projet baptisé : « Faisons connaitre et respectons les droits de l’homme partout » s’inscrit dans le cadre des 68 ans de la DUDH célébrés le 10 décembre dernier.

« C’est à partir d’un triste constat relatif à la déclaration universelle de droit de l’homme qui a aujourd’hui 68 ans, mais qui est ignoré par les peuples. Or à l’adoption de cette charte le 10 décembre 1948, les Nations Unies ont fait obligation à chaque Etat de pouvoir traduire cet idéal commun dans l’éducation, dans l’enseignement et dans le vécu quotidien des peuples des Etats membres des Nations unies. Mais il est regrettable que 68 ans après, le texte est resté dans le placard et les peuples ne sont pas outillés sur cette charte », a indiqué Pasteur Edoh Komi.

Il ajoute par ailleurs : « Nous au mouvement Martin Luther King, nous avons estimé qu’il est temps de vulgariser cette charte et de la mettre à la portée de tous les citoyens afin qu’il y ait une réduction de la violation des droits de l’homme au Togo ». Pour lui, l’objectif de ce projet est de porter à la connaissance du grand public cet instrument juridique qu’est la DUDH.

Pour atteindre l’objectif de la réalisation de ce projet, le mouvement met les bouchées doubles. Une campagne de vulgarisation sur le terrain est en vue afin de faire beaucoup de communication autour du sujet.

« Nous irons dans les écoles, dans les lieux publics, dans les villes et villages, dans les hameaux les plus reculés. Nous irons certainement avec des textes peints en tableau géant, des flyers, des prospectus, ceci pour permettre aux gens de savoir qu’il y a un arsenal juridique, un instrument juridique qui tient compte de leurs droits. Nous allons traduire les 30 articles de la charte dans les langues nationales. Nous allons faire le plaidoyer auprès des Nations Unies pour que les textes soient dans les manuels didactiques. Des débats seront organisés sur les médias publics et privés également », a souligné le responsable du mouvement.

Commentaire d'article

Umalis