Education

Me Tchassona Traoré du MCD tire la sonnette d’alarme

tchassona-traore

« Le gouvernement ne peut jamais ouvrir un autre cadre de discussion autre que le Cadre permanent de concertation (CPC) » : cette affirmation du ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, M. Gilbert Bawara, à elle seule a fait fuser de toutes parts des réactions aussi bien au niveau des acteurs politiques que de la société civile.

Me Tchassona Traoré, président du Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement (MCD), un parti de l’opposition togolaise, a clairement signifié lors d’une conférence de presse ce jeudi qu’il n’approuve pas la manière dont le gouvernement gère la crise qui secoue depuis quelques semaines le secteur de l’enseignement.

L’homme politique, notaire de profession, appelle le gouvernement à se ressaisir pour trouver les voies et moyens de résolution du problème. Pour lui, il ne suffit pas d’avoir un cadre de discussion, « encore faut-il que de ce cadre sortent des solutions définitives ».

Le président du MCD condamne « l’approche musclée » que le gouvernement semble privilégier pour résoudre la crise. « Quels que soient la manière et le contenu de leurs revendications, on ne peut pas les traiter comme s’ils étaient de vulgaires bandits », a-t-il lancé.

Me Tchassona Traoré tient le gouvernement pour responsable de la tournure que prend la crise et l’accuse d’avoir embauché des enseignants avec des « contrats de métayer » ; sans oublier de mentionner que ces derniers continuent de végéter dans une situation précaire. A cet effet, il appelle le gouvernement à prendre toutes les mesures pour trouver une issue à cette crise qui paralyse ce secteur clé de développement.

Commentaire d'article

Umalis