Education

Crise dans l’éducation : dialogue de sourds entre le gouvernement et la CSET

bras-de-fer

Le gouvernement togolais affirme qu’il reste ouvert au dialogue et se dit prêt à prendre les mesures « particulières » afin que les cours reprennent normalement dans les établissements scolaires sur toute l’étendue du territoire. Cependant, une seule condition s’impose : les discussions ne se feront qu’au sein du Cadre permanent de concertation (CPC). Cette volonté ne semble pas émousser  la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) qui, pour sa part reste campée sur sa position.

Le regroupement des quatre (4) syndicats d’enseignants grévistes qui composent la CSET a lui aussi sa condition : la résolution des revendications des enseignants avec en première place, les primes des enseignants. Selon eux, tant qu’il n’en sera pas ainsi, il n’y a pas d’entente possible.

C’est par ces mots que le chargé de l’information de la CSET, Joachin Sonokou a exprimé ce vendredi sur la radio Victoire FM leur revendication. Notons que 24 heures avant lui, le ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, M. Gilbert Bawara a lui aussi été reçu sur cette station de radio pour réaffirmer la position du gouvernement.

Selon ce responsable de la CSET, ce qui se passe au sein du CPC ne semble pas accrocher l’intérêt des syndicats grévistes. « Ce qui nous préoccupe, ce n’est pas l’interlocuteur, il faut trouver des solutions à la crise », a indiqué M. Sonokou qui, tout de même se pose la question de savoir la loi qui met à la charge des syndicats de se constituer en fédération avant qu’on ne les écoute.

Aussi, le fait que deux des syndicats de la CSET soient créés dans l’illégalité donc ne sont pas reconnus par le gouvernement semble n’être rien d’autre que de la divergence à propos de l’essentiel. « Les ministres savent que nous existons légalement et nous n’allons pas nous prêter à ce jeu », a souligné le chargé de l’information de la coordination.

En arrière plan de ce théâtre qui ne dit pas son nom, un trimestre vient de se boucler mais, avec quel bilan?

Commentaire d'article

Umalis