Sports

Coulisses du congrès du CNOT : faire la lumière sur les zones d’ombre

cnot

Le Comité National Olympique du Togo (CNOT) a tenu hier son congrès électif à l’issue duquel M. Azaad Kelani Bayor  est devenu président. L’issue de cette assemblée générale, étai-il connu d’avance comme beaucoup le pensent ? Et, pourquoi la majeure partie des congressistes a-t-il penché pour M. Bayor au détriment de M. Locoh ? Un Play back sur les coulisses de ce congrès.

Pour le congrès électif du CNOT, deux personnalités du bureau exécutif sortant se présentent aux élections : le premier vice-président Azaad Kelani Bayor et le deuxième vice-président Théophile Locoh. Le président sortant, Auguste Dogbo, n’a pas souhaité briguer un nouveau mandat.

Les dés étaient donc lancés. Les deux candidats en lice ont tout pour gagner mais, en même temps, tout les oppose. Alors que l’un est de tempérament calme et présentant les capacités de présider une instance, l’autre par contre, se mettait à dos la plupart de ses pairs par son attitude et ses propos scandaleux.

A l’issue de la course pourtant, M. Azaad Kelani Bayor remporte avec 35 voix contre 8 voix pour M. Théophile Locoh. Certains sont déçus des résultats. Que s’est-il passé ? Au fait, il semblerait que celui qui a été battu lors des élections ne dispose pas de réseau d’influence et n’a pas su se faire beaucoup d’ « alliés ». Aussi, selon une source, le vainqueur serait un partisan des élections à « haut risque ».

Pour preuve, d’aucuns avancent le record de durée (17 ans) que l’actuel président du CNOT a passé à la tête de la Fédération togolaise de boxe en dépit des crises et des critiques qui l’inondaient. Il est particulièrement doué pour « sa redoutable capacité à rallier les réticents ou adversaires à sa cause, même s’il est en difficulté ». De toutes les façons, une question se pose : saura-t-il relever les nombreux défis qui l’attendent ? L’analyse de son mandat de quatre ans nous fournira la réponse.

Commentaire d'article

Umalis