Agro-Environnement

WAVE : un nouveau projet pour sécuriser la production des tubercules en Afrique de l’Ouest

tuberculesPour  harmoniser les protocoles de recherche sur les menaces des virus du manioc, de la patate douce et de l’igname, deux institutions internationales : le « Bill and Melinda Gates Foundation (BMGF) » et le « Department For International Development (DFID) » viennent de lancer un projet dénommé WAVE ( West African Virus Epidemiology for roots and tuberscrops ».  A terme le projet devra permettre d’augmenter, de façon durable, la productivité des plantes à racines et à tubercules dans six pays d’Afrique de l’Ouest  notamment le Bénin, le Burkina Faso, la Cote d’ivoire, le Ghana, le Nigéria et le Togo.

Le programme WAVE ou « projet d’Epidémiologie des virus des plantes à racines et tubercules en Afrique de l’Ouest » (en français)  vise à améliorer la productivité des tubercules et  à favoriser une gestion plus efficace des maladies virales liés à leur consommation.

Selon de nombreuses recherches, il ressort que le manioc à lui seul constitue l’aliment de base de plus de 800 millions de personnes dans le monde, dont plus de 250 millions de personnes en Afrique.  Avec l’apparition d’une nouvelle maladie ravageuse des tubercules appelée « la Struire brune » qui s’est propagée ces dernières années du littoral de l’Océan Indien à la région des Grands lacs en direction de l’Afrique de l’ouest, la sécurisation de la production devient une priorité

Le projet WAVE constitue une réponse endogène à cette préoccupation. Pour accomplir ses fins, le lancement du projet WAVE a été couplé de l’ouverture d’un Laboratoire de Virologie et de Biotechnologies Végétales (LVBV) sur le campus universitaire de Lomé pour optimiser  les expérimentations et les innovations qui seront effectués dans le cadre dudit projet.

Ces laboratoires LVBV constitueront un centre sous régional devant  permettre à   développer, améliorer et  valider de nouvelles méthodes de virologie moléculaire et de biotechnologies afin de faire efficacement face aux nouveaux défis des maladies virales de plantes à tubercules.

Le projet WAVE regroupe une université des Etats-Unis et huit institutions universitaires et de recherche de six pays d’Afrique de l’Ouest dont l’Université d’Abomey-Calavi du Bénin, l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) du Burkina Faso, l’Université Félix Houphouët Boigny (UFHB) de la Cote d’Ivoire, Crop Research Institute du Ghana, Convenant University et Kebbi State University of Science and Technology du Nigéria et l’Université de Lomé au Togo.

Commentaire d'article

Umalis