Tourisme

A la découverte de la ville d’Agbodrafo…

agbodrafoA l’approche des fêtes de fin  d’année plusieurs fils du pays surtout de la diaspora font leur retour en terre natale. La plupart en profitent pour effectuer des virées dans les localités attrayantes du pays. La ville d’Agbodrafo située à 35 km à l’est de la ville de Lomé est l’une de celles  qui reçoivent des visiteurs à ces occasions. Malgré ses constructions anciennes, la ville ne cesse d’attirer tant par son charme que par son histoire. Découverte.

Située dans la préfecture des Lacs, en bordure de mer, Agbodrafo est l’une des anciennes villes du Togo. La ville est réputée  pour ses nombreux sites touristiques, son calme et sa fraicheur mais aussi pour son histoire.

Agbodrafo constituait un port d’où on embarquait les esclaves pour le voyage ultime. Ce qui lui conférait à l’époque le nom de Porto-Seguro( cité portugaise) . Aujourd’hui tous les sites liés à ce passé sont toujours conservés notamment la maison des esclaves ou la « slave house », le « wood homé », le puits des enchainés, etc.

La « slave house » est un ensemble de six pièces qui enferment en leur sein l’histoire de l’esclavage version togolaise. Son rez-de-chaussée construit sur du plancher conserve sa cave d’antan qui a servi à garder les esclaves qui étaient toujours enchainés en attente d’embarquement vers les lointaines destinations. Ce plancher posé il ya près d’un demi siècle lui confère un statut symbolique. On peut y découvrir également  le « Gatovoudo », ou  « le puits des enchainés » ou les esclaves prenaient leur « bain de purification » avant d’être embarqués.

Tous ces vestiges, malgré le passé douloureux qu’ils rappellent confèrent à la ville un statut particulier la considérant comme une richesse culturelle. A ce jour, cette « cité d’esclaves » a fait place à un petit havre de repos et de plaisirs nautiques.

Aujourd’hui Agbodrafo demeure une ville  qui émeut par son histoire, le rôle qu’elle a joué dans la traite négrière, et sa structure physique qui garde encore toutes ses composantes. La ville accueille annuellement de nombreux visiteurs. Depuis 1999, la ville attend la confirmation de son inscription sur le patrimoine culturel de l’UNESCO.

Commentaire d'article

Umalis