Education

Crise éducative en continu : Les syndicats se soutiennent et lancent une nouvelle grève

greveAprès la grève de 72 heures lancée en cours de semaine dernière la Coordination des syndicats de l’éducation au Togo (CSET) lance un nouveau mouvement d’humeur de 4 jours  à compter de ce mardi. Une décision prise à l’issue d’une rencontre avec  les sept Centrales syndicales (CNTT, CSTT, GSA, UNSIT, UGSL, STT, CGCT) ce lundi. Après concertation les syndicats campent sur leur position pour se faire entendre des autorités.

Présentation de la situation de crise actuelle par la CSET, exposition de la stratégie d’avenir par la CSET et stratégies des CENTRALES en vue de la réussite de la lutte, ce sont les trois points essentiels qui ont été débattus au cours de la rencontre.

Après les explications du porte-parole de la CSET, Atsou Atcha, les Centrales syndicales, reconnaissant la légitimité des revendications des enseignants, ont pris un certain nombre de mesures pour faire aboutir la lutte.

« Les centrales reconnaissent la pertinence des revendications de la CSET et promettent les défendre, elles s’engagent à envoyer un courrier aux ministres en charge de l’éducation et de la fonction publique le mardi 20 décembre, pour exprimer leur solidarité aux actions de la CSET, elles prévoient écrire pour exiger une rencontre avec les ministres d’ici le mercredi 21 décembre en vue d’ouvrir des négociations auxquelles prendront part les centrales et la CSET, les centrales comptent tenir une conférence de presse en vue d’éclairer l’opinion nationale sur la pertinence des revendications de la CSET et affirmer leur soutien entier à la lutte ce mardi 20 décembre », lit-on dans le rapport qui a sanctionné la réunion.

Au menu des revendications les mêmes demandes : une indemnité de logement, une prime pour le travail de nuit,  correction des copies et préparation des cours le soir, une prime de salissures et l’annulation des affectations dite punitives.
C’est la 6ème fois consécutive que les enseignants vont entrer en grève depuis le début de l’année scolaire.

Commentaire d'article

Umalis