Société Sports

Can 2017 / Mobilisation des fonds : quand les réseaux sociaux s’enflamment…

faisonslescomptes

A la fin du Conseil des ministres du 16 décembre dernier, sous la supervision du Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, un décret portant création du comité ad hoc de supervision, comité d’organisation, du comité de mobilisation et du comité de gestion des fonds pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) « Gabon 2017 » a été adopté. Dès la diffusion de cette information, les réactions ont été instantanées. Le feu qui couvait sous les cendres a flambé…

Les réseaux sociaux, nouveaux lieux de prise de parole de la génération web 2.0 ont été pris d’assaut par le hashtag #FaisonsLesComptes. Que ce soit sur Twitter, Instagram, Google+, Pinterest ou même Facebook, les internautes crachent leur colère par rapport à cette décision gouvernementale de mobilisation des fonds alors qu’un silence coupable masque encore les comptes de la CAN 2013. En effet, ils exigent par ce hashtag que les comptes soient faits car « les bons comptes font les bons gouvernants », comme l’a publié l’un d’eux sur son mur d’actualité Facebook.

Les Togolais ont tous souvenir qu’en 2013 à l’occasion de la participation des Eperviers à la phase finale de la CAN, les mêmes comités ont été mis en place, des taux forfaitaires ont été prélevés sur les coûts de communication ainsi que sur certains produits de consommation comme le ciment qui ont connu une hausse soudaine. A cet effet, d’aucuns ont accusé le Gouvernement d’avoir opéré un passage en force pour extorquer des fonds aux populations puisque leur contribution était tout sauf volontaire.

Autre ombre au tableau : les comptes de la participation des Eperviers à la CAN 2013 en Afrique du Sud n’ont jamais été publiés. Le Premier ministre d’alors, président du Comité de supervision, Arthème Ahoomey-Zunu, avait promis une gestion transparente des fonds et la publication du rapport des comptes qui n’ont finalement été que de la poudre aux yeux.

C’est ce contexte qui sent le moisi qu’on dit compter encore sur la générosité de la population. Au fait, n’est-cas l’insulter plutôt ? Au fait, comment se fera la mobilisation des fonds si on sait que celle de 2013 a été l’occasion pour des personnes facilement identifiables de disposer des fonds publics et de continuer à jouir d’une impunité inqualifiable ?

La génération togolaise du web 2.0 dit #FaisonsLesComptes d’abord !

Commentaire d'article

Umalis