Développement Economie

Togo: L’agriculture a de beaux jours devant lui

photo_agadazi_site

Une mission de la Banque mondiale et du FIDA vient d’achever une étude d’évaluation et d’impact du programme national d’investissement agricole et de sécurité agricole (PNIASA). Le PNIASA est destiné à améliorer la productivité, la qualité et la rentabilité. 600 milliards de Fcfa : c’est le montant du financement du dispositif par la Banque mondiale, le FIDA et la BAD.

Le programme comprend plusieurs volets distincts, le Projet d’appui au secteur agricole (PASA), le Projet d’appui au développement de l’agriculture au Togo (PADAT) et le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) et le projet de promotion de l’entrepreneuriat rurale (PPER).

En général, les experts ont été satisfaits des bons résultats. Les productions de maïs et de riz sont en hausse, respectivement de +80% et +19% et les agriculteurs disposent de nouveaux équipements leur permettant d’améliorer les rendements. La relance de ce secteur implique la création de nouveaux emplois et la hausse des rémunérations.

En effet, l’agriculture représente 40% de la création de richesses et compte pour 20% des ressources à l’exportation. En dépit des imperfections, l’agriculture togolaise est dans une dynamique de croissance et de développement grâce au PNIASA.

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, veut aller plus loin en passant d’une agriculture familiale de subsistance à une agriculture commerciale. Il vise entre autres la création d’unités de transformation en partenariat avec le secteur privé et la mise en valeur de produits bio afin de répondre à la demande occidentale. Certains de ces projets sont en cours de réalisation dans le domaine de l’aviculture et de la production d’huile de palme.

En outre, la Banque mondiale a annoncé qu’elle envisageait une nouvelle aide de 30 millions de dollars au secteur agricole en vue d’améliorer les prochains résultats. 20 millions iront au PASA (Projet d’appui au secteur agricole) et 10 millions au Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). Ces fonds pourront être débloqués par la Banque Mondiale en début d’année prochaine.

Commentaire d'article

Umalis