Société

Non à l’insalubrité : CDQ, CDV et populations de Lomé se mobilisent

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans les artères de la ville de Lomé, « l’opération, samedi Lomé propre » s’est tenue dans la matinée de ce samedi 17 décembre 2016. Initiée par la plateforme des présidents des Comités de Développement des Quartiers (CDQ) et des Comités Villageois de Développement (CVD) sous la coordination de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB), cette campagne de balayage des routes et places publiques est une action qui vise à renforcer l’esprit de civisme dans les comportements des populations.

En accord avec la formule : « un esprit sain dans un environnement sain », ils sont près de 8000 jeunes et adultes à descendre dans les rues ce matin munis de coupe-coupe, de râteaux, de houes, de balais et de brouettes pour s’acquitter du travail citoyen de salubrité publique.

« L’opération, samedi Lomé propre » s’inscrit dans le cadre du Programme de développement communautaire en zone urbaine (PDC-ZU) et vient en renfort à l’opération « Togo propre » décrété par le gouvernement depuis octobre 2014.

Pour cette 12ème édition, aucun coin de la capitale n’a été épargné par les mains habiles des groupes d’hommes et de femmes. Selon les responsables de cette initiative, l’objectif est d’inculquer les bonnes manières en termes d’assainissement afin que chaque citoyen togolais puisse donner de lui-même afin que le pays soit propre et plus vivable.

« Nous sommes dehors ce matin pour manifester notre désir de voir la ville de Lomé encore plus belle et propre. Nous vidons les poubelles publiques, désherbons certaines voies, détruisons les dépotoirs sauvages pour que l’atmosphère des fêtes de fin d’année se fasse déjà sentir. C’est un rendez-vous que nous respectons toujours ici. Cela permet aussi aux habitants du quartier de se connaitre pour que règne la cohésion sociale », a lancé M. Komlan Attilè, un sexagénaire du quartier Nyékonakpoè.

Rappelons que le PDC-ZU est exécuté dans les quartiers de Lomé, Kara et Dapaong par l’ANADEB pour répondre aux besoins des communautés à la base.

Commentaire d'article

Umalis