Education

L’éducation en pleine crise, nouveau recrutement des enseignants : Riposte ou sanction ?

stt-greve-continue

Alors que les revendications des enseignants en exercice trainent sur la table des négociations, le gouvernement togolais lance le recrutement des nouveaux enseignants. Sans nul doute pour joindre l’acte à la parole, les autorités qui avaient prévu prendre  des dispositions « idoines » et « particulières » garantir la dispensation des cours, n’ont pas tardé à réagir.

Le gouvernement togolais serait il en train de prendre des mesures drastiques ? La question taraude les esprits. Pendant que le monde éducatif est en ébullition le gouvernement togolais veut déverser dans le secteur des nouveaux recrus. Chose étonnante un tel engagement devrait mobiliser de nouveaux fonds alors que les autorités peinent à satisfaire les enseignants en exercice à cause de « moyens suffisants disponibles », selon leurs termes.

Du récent concours lancé en 2013, plusieurs enseignants demeurent encore sans statut, d’autres continuent de réclamer leurs droits de rappel, autant de revendications qui n’ont toujours pas trouvé satisfaction et qui constitue certaines raisons de cette nouvelle crise en 2016.

Lors de sa dernière intervention sur la question sur la Télévision Nationale , le ministre Gilbert Bawara n’avait pas mâché ses mots. « La sécurité sera assurée, la sérénité sera garantie, les cours seront dispensés. D’une manière ou d’une autre, les mesures seront prises à cet effet, l’année scolaire sera assurée et ne sera pas une année scolaire au rabais parce que le gouvernement prendra toutes les dispositions pour que tous ceux qui ont envie de travailler, travaillent », avait il  déclaré.

Est-ce le début des mesures prévues pour assurer cette « sécurité » et « sérénité »prônées par les autorités. Seuls les prochains jours sauront apporter une réponse définitive.

Commentaire d'article

Umalis