Société

Formation : Voici comment améliorer le vivre-ensemble social

cohesion-sociale

Le Centre régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement (UNREC), la Déclaration d’Accra et la Charte de l’Union africaine de la démocratie, des élections et de la bonne gouvernance préconisent la promotion des formes et méthodes endogènes de résolution des conflits pour l’avènement d’une société dans laquelle l’harmonie sociale ne serait plus une utopie.

Conflits, luttes intestines, contentieux intra et intercommunautaires ainsi que des violences de tous genres, le Togo n’en est pas épargné. Bien que chaque communauté ait sa façon propre à elle de régler ces problèmes, il est plutôt recommandé que ceux-ci soient résolus selon les méthodes endogènes.

Conformément à ces instruments de prévention des conflits dans les Etats, le Secrétariat d’Etat chargé des droits de l’homme a pour ambition de faire des chefs traditionnels, des confessions religieuses, des institutions de la République, des délégations spéciales et des organisations de la société civile, des « artisans de paix au Togo ».

A cet effet, un atelier a été organisé ce mercredi à Lomé auquel des représentants de ces différents corps ont pris part. Organisée autour du thème : « prévention des conflits, approches régionales et nationales », cette rencontre a été pour eux l’occasion de se former et de s’informer sur des référentiels culturels communs pour agir sur les comportements sociaux et améliorer le vivre ensemble dans les communautés. Au cours de la cérémonie d’ouverture présidée par la Secrétaire d’Etat chargée des droits de l’homme, Polo Nakpa, elle a soulignée qu’il s’agit d’un « un cadre de partage d’expériences et de capitalisation des acquis ».

Commentaire d'article

Umalis