Développement

GIFERC, pour un développement intégral du secteur agricole

agriculture2

Les agriculteurs togolais bénéficient désormais d’un dispositif de gestion intégrée de la fertilité, de l’eau et des ravageurs par les champignons (GIFERC). Ceci s’inscrit dans la droite ligne du projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres (PGICT) mis en œuvre depuis quelques mois.

La technique est basée sur l’application aux sols de trois groupes écologiques de champignons : les saprophytes qui accélèrent la décomposition de la matière organique, les symbiotiques qui augmentent la capacité de la plante à prélever l’eau et les éléments nutritifs dans le sol puis les entomopathogènes qui luttent contre les insectes ravageurs des cultures.

A cet effet, les résultats des premiers tests réalisés à Goumoukope et Afagnan semblent satisfaisants. Dans ces localités, c’est la production de tomate qui est en forte hausse. Cependant, pour avoir plus de rendement et en même temps lutter contre les insectes ravageurs, les paysans utilisent pour leurs cultures maraîchères des engrais chimiques ne respectant pas les règles écologiques.

Pour y remédier, le dispositif de gestion intégrée de la fertilité, de l’eau et des ravageurs par les champignons (GIFERC) va mettre en place un label Bio pour une croissance beaucoup plus vigoureuse grâce à la technique du goutte à goutte.

Pour une première expérience, 1000 paysans seront sélectionnés. Financé en partie par la Banque Mondiale à hauteur de 16 millions de dollars, ce programme est une réponse du gouvernement à sa politique d’accompagnement du secteur agricole.

Commentaire d'article

Umalis