Education Société

Togo/ Partenariat Université de Lomé-Fan Milk : Que pensent les étudiants du projet?

En décembre 2017, les responsables de l’université de Lomé et la société Fan Milk ont signé un partenariat à la faveur des étudiants. Les clauses de cette collaboration reposaient sur un projet dénommé « Job Etudiant ». Ce projet présentait la possibilité aux étudiants d’être des revendeurs de Fan Milk en vue d’avoir des petits revenus tout en poursuivant leurs études. Mais depuis son lancement le projet n’a pas fait l’unanimité dans la sphère universitaire. Dans un communiqué, la Ligue Togolaise des Droits des Elèves et Etudiants (LTDE) se prononce sur le sujet. A travers une analyse, elle décrypte les contours, les enjeux et les acquis du projet. Ci dessous le rendu :

 » Communiqué relatif au projet de vente de FAN

Depuis quelques jours, un projet dénommé JOB ÉTUDIANT a été lancé par les premiers responsables de l’université de Lomé.

Pour se faire, un accord a été signé avec la société Fan Milk. Les étudiants démunis et pauvres sont donc conviés à vendre du Fan Milk sur le campus.

Des critiques fusent de partout contre ce projet. Chacun a sa raison.
D’autres leaders étudiants, au contraire pensent qu’il s’agit d’une bonne initiative. Ils ont aussi leur raison.

Mais si dans ce bazar, la Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE) n’a pas tenu à donner son avis par rapport à ce projet ce n’est pas parce qu’elle n’avait rien à dire mais c’est bien parce que le Bureau Exécutif préfère attendre les conclusions de la commission technique qu’il a mis en place pour l’occasion et aussi pour recueillir l’avis des étudiants eux-mêmes afin que la position de la LTDE soit celle des étudiants qu’elle représente.

A ce jour, nous avons pu comprendre que :

Sur 100 étudiants, 95 estiment que les autorités universitaires auraient pu trouver mieux à faire aux étudiants. Autrement dit, il est humiliant et absurde de voir un étudiant se promener pour vendre du Fan Milk sur le campus.

Nombre d’entre eux estiment que devenir vendeur de Fan, c’est accepter devenir la risée de leurs amis et de leurs copines.

Sur un Fan de 100F vendu l’étudiant gagne 10F.Autrement dit, pour gagner journalièrement 1500F, l’étudiant devra vendre 150 Fan Milk de 100F.La question que l’on doit se poser, à cet effet est: en combien d’heures un étudiant pourra t’il vendre 150 Fan ?

La LTDE n’a pas voulu donner une réponse hypothétique à cette question. Pour se faire, des spécialistes du domaine ont été approchés. Des dires de ces spécialistes, il suffirait d’au moins six (6) heures de temps pour vendre 150 Fan dans un marché à forte affluence.

Cette réponse appelle une autre question. De combien d’heures libres dispose un étudiant par jour ?

Les enquêtes révèlent qu’un étudiant fait en moyenne six (6) de cours par jour.6H de cours ajouté aux 6H de vente de produits Fan Milk donne 12H par jour, soit la moitié de la journée. Les psychologues conseillent aux étudiants de dormir pendant au moins 8H par jour. Le programme journalier d’un étudiant-vendeur se décline donc comme suit:

– 6H de cours,
-6H pour vendre du FAN,
– 8H de sommeil, soit au total 20H.

Eut égard à ce qui précède, il ne reste que 4H de temps à l’étudiant pour apprendre, faire ses activités domestiques, se doucher, se déplacer, manger, etc.

Cette analyse appelle à son tour aussi une autre question: Peut-on apprendre en moins de 4H ce qu’on a fait en 6H de temps dans? Que deviendra l’étudiant qui se livrera à une telle pratique ? Aura-t-il le temps suffisant pour apprendre ses cours, s’exercer, faire des recherches et aller aux TD ? Que disent donc le REESAO et les concepteurs du LMD à ce sujet ?

Chacun de son côté pourra répondre à cette question.

Plus loin, la LTDE a bien voulu savoir si les étudiants disposent vraiment d’un pouvoir d’achat leur permettant de s’offrir en dehors de leur manger quotidien un Fan Milk de 100F.

Quelle est donc le pouvoir d’achat des étudiants ? Puisqu’on remarque qu’ici ce sont eux qui constituent la clientèle.

La réponse à cette question permettrait de répondre à la prochaine question.

Tout étudiant désirant vendre du Fan Milk voudra gagner au moins 1500F et donc devra vendre 150 Fan. Or, l’université emploie 400 étudiants pour la vente des produits Fan Milk. Ce qui voudra dire que 60.000 Fan Milk doivent être écoulés par jour pour que chacun puisse gagner 1.500F.

Autrement dit, 60.000 étudiants doivent s’acheter chaque jour du Fan pour permettre aux 400 étudiants-vendeurs de survivre. Ce qui paraît totalement impossible voire absurde puisque l’on sait que le nombre total d’étudiants inscrits à l’université de Lomé n’atteint pas la barre des 60.000.

Qui donc a pu concevoir ce projet ? Comment n’a t’on pas étudier ces paramètres avant d’aller signer ce partenariat avec la société Fan Milk ou avant de vouloir embaucher 400 étudiants-pompiste.

Eut égard donc à tout ce qui précède, il est clair que ce projet n’est pas de nature à permettre aux étudiants de tirer le profit souhaité de la vente de ce Fan et ne peut que les conduire droit dans le mûr.

Si donc les autorités veulent vraiment permettre aux étudiants de trouver les moyens pour subvenir à leur besoin, qu’ils augmentent les tranches des étudiants à 20.000F par mois pour les allocataires et à 30 000F par mois pour les boursiers et, qu’ils instituent plutôt un prêt étudiant remboursable à l’entame d’une activité professionnelle.

Fait à Lomé, le 09 janvier 2018

Le Secrétaire Général Exécutif / SECTION UL,

Victor KOUTOWOU »

Commentaire d'article

Umalis