Politique

Dialogue politique au Togo : Une médiation de l’ONU, pourquoi pas ?

A propos de l’organisation du dialogue politique censé mettre fin à la crise sociopolitique togolaise, il se pose une question essentielle sur laquelle les protagonistes ne se mettent pas d’accord. Devrait-il avoir ou non un médiateur pour diriger les discussions ? Laurent Lawson, premier secrétaire du Parti social-démocrate du Togo (PSDT), fait sa proposition.

Les Togolais, ne sont-ils pas assez « grands » pour régler eux-mêmes leurs problèmes ?, s’interroge l’homme politique. Cependant, vu la méfiance qui anime les deux parties, il faut une médiation extérieure pour présider le dialogue politique par lequel les Togolais doivent trouver solution à la crise politique. Par ailleurs, il est important que le médiateur soit impartial afin que l’issue du dialogue soit sincère et acceptée par tous. Néanmoins, la médiation des présidents de l’Afrique de l’ouest n’est pas recommandée.

« Au lieu de se dire la vérité en face, ils se soutiennent », explique Laurent Lawson. Lors d’une conférence de presse de présentation des vœux de Nouvel An au peuple togolais, il recommande une médiation de l’Organisation des Nations Unies (ONU), mieux encore, celle d’un pays scandinave. « Il nous faut un Suédois, un Finlandais ou un Danois. Ce sont des peuples qu’on ne peut acheter, ils ne prennent pas un seul franc pour le travail », a-t-il indiqué. Aussi, il appelle la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise à la vigilance pour ne pas laisser triompher le régime en place dans la situation actuelle.

Commentaire d'article

Umalis