Politique

Togo / Libération des détenus politiques : L’ASVITTO appelle Faure Gnassingbé à aller jusqu’au bout…

Condamnés et emprisonnés depuis 2009 dans le cadre d’une affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat dont le principal accusé est Kpatcha Gnassingbé (toujours en détention), Esso Gnassingbé et Sassouvi Sassou ont regagné leurs domiciles ce lundi. L’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO) s’en réjouit mais en appelle à la clémence du Chef de l’Etat.

Déclaration relative à la libération des sieurs Sassouvi Sassou et Gnassingbé Esso, détenus dans l’affaire d’atteinte contre la sûreté de l’Etat d’avril 2009

L’ASVITTO voudrait encourager le gouvernement à accélérer les procédures de libération des prisonniers encombrants pour l’apaisement et l’aboutissement de la réconciliation nationale.

L’Association des victimes de torture au Togo (ASVITTO) a le plaisir d’annoncer la libération des sieurs SASSOUVI SASSOU et GNASSINGBE ESSO arrêtés et détenus dans l’affaire d’atteinte contre la sureté de l’Etat d’avril 2009 qui a impliqué le député Kpatchaa GNASSINGBE, demi-frère du Chef de l’Etat Togolais toujours en détention.

En effet, sieurs SASSOUVI SASSOU et GNASSINGBE ESSOZIMNA dit ‘’ESSO’’ arrêtés en avril 2009 viennent d’être libérés respectivement des prisons civiles de Sokodé et Tsévié ce lundi 08 janvier 2018. Après un douloureux séjour à l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), les deux victimes de torture ont été transférées d’abord à la prison civile de Lomé le 1er septembre 2011 puis dans les prisons de l’intérieur loin des familles et des avocats jusqu’à la libération effective en fin de soirée vers 17heures GMT.

Il convient de rappeler que conformément aux décisions de la Cour de justice de CEDEAO et du Groupe de travail des Nations Unies sur les détentions arbitraires rendues respectivement en juillet 2013 et en novembre 2014 invitant l’Etat Togolais à corriger la violation du droit à un procès équitable et la libération de toutes les victimes, trois (3) personnes continuent d’être arbitrairement détenues dans les prisons civiles de Lomé, d’Atakpamé et de Sokodé au jour d’aujourd’hui.

L’ASVITTO voudrait saluer le Gouvernement pour cette libération et encourage particulièrement le Chef de l’Etat, son Excellence Faure GNASSINGBE à aller jusqu’au bout du processus d’apaisement pour l’aboutissement de la réconciliation nationale indispensable pour le Togo.

Ceci étant, la libération des autres dont Kpatchaa GNASSINGBE, les personnes détenues dans le cadre des incendies des grands marchés du pays et les personnes détenues dans le cadre des manifestations politiques est impatiemment attendue par toute l’opinion pour juger de la bonne foi des discours des dirigeants. Il serait donc judicieux, pour les autorités gouvernementales de prendre des mesures d’humilité pour affronter les réalités avec responsabilité et charisme pour une paix durable dans au Togo.

Fait à Lomé, le 08 janvier 2018

Pour l’ASVITTO

Le Président

Monsieur ATCHOLI K. Monzolouwè

Commentaire d'article

Umalis