Santé

Poussière, brouillard, fraîcheur de l’air : Comment vivre l’harmattan sans tomber malade ?

L’harmattan est un vent très sec et le plus souvent chargé de poussières qui balaie le Togo du nord au sud entre décembre et mars. Chaud le jour et froid la nuit, il est la cause de nombreux troubles respiratoires et maladies dermatologiques. Ces effets nocifs de l’harmattan exigent des mesures préventives pour se maintenir en bonne santé tout au long de cette période.

Rappelons que le ministère en charge de la santé au Togo a récemment sorti un communiqué invitant les populations à la prudence et au respect des règles d’hygiène tout en faisant cas de la menace d’un type de grippe. L’harmattan a beaucoup d’impacts sur trois (3) catégories de personnes : les individus congénitalement prédisposés aux allergies (hyper réactives); les asthmatiques et les drépanocytaires.

Chez les personnes hyper réactives, l’harmattan dessèche les muqueuses nasales entrainant des lésions de fissuration au niveau des muqueuses de la bouche et sur la peau constituant des voies par lesquelles les microbes infectent l’organisme. Les asthmatiques font facilement des crises pendant l’harmattan à cause de la poussière. Et, dans la région septentrionale du Togo, les populations sont souvent victimes de la méningite (inflammation des méninges). Le froid en période d’harmattan provoque généralement chez les drépanocytaires des crises vaso occlusives de la drépanocytose.

Pour se protéger contre le froid et le dessèchement de la peau en période d’harmattan, il faut utiliser des pommades hydratantes pour éviter des lésions de la peau, porter toujours des cache-nez (surtout quand on est à moto) afin de protéger les muqueuses. Dans la région septentrionale ou l’harmattan est plus accentué, il faut privilégier l’utilisation des antiseptiques à pulvériser dans les narines. Quant aux drépanocytaires, ils doivent porter des habits chauds pour éviter le froid.

Commentaire d'article

Umalis