Politique

Togo / Trois militants du PNP derrière les barreaux pour des raisons jusqu’alors inconnues

Arrêtés le 26 Décembre à Dzagblé (une localité environnante de Lomé), Ndancky Mohamed (vivant aux Etats-Unis et séjournant à Lomé), Tchadjobo Hady et Tchabana Ismael, tous membres du Parti national panafricain (PNP) ont été déférés ce jeudi à la prison civile de Lomé.

Selon l’alerte donnée par Assiba Johnson, président du Regroupement des jeunes africains pour le développement et la démocratie (REJADD), ces militants du PNP ont été inculpés et écroués à la prison civile de Lomé, alors que l’une des conditions exigées par la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise, avant toute participation au dialogue politique, est la libération sans condition des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations de rue.

Dans cette logique, le président du PNP, Tikpi Atchadam a récemment rappelé au pouvoir de Faure Gnassingbé qu’actuellement une centaine de militants de l’opposition sont toujours derrière les barreaux. Et, leur nombre ne cesse d’augmenter. « La balle est dans le camp du pouvoir », a conclu Tikpi Atchadam. Le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Col Yark Damehame, a promis qu’un procès sera ouvert très prochainement pour situer l’opinion sur les chefs d’accusation retenus contre ces trois membres du PNP.

Commentaire d'article

Umalis