Jeunesse et emploi

Vœux 2018 de Faure Gnassingbé : Les entrepreneurs togolais toujours dubitatifs par rapport aux promesses

A propos du message de vœux du Chef de l’Etat togolais à la nation, ce mercredi, les commentaires n’en finissent pas. La désillusion est grande en dépit du fait que de grands chantiers de développement sont annoncés pour cette nouvelle année 2018. Malgré le clin d’’œil de Faure Gnassingbé aux jeunes entrepreneurs togolais, le doute est difficile à déraciner dans leurs esprits.

« … La jeunesse togolaise dont le dynamisme et l’engagement doivent être soutenus et accompagnés sera au cœur des interventions de l’Etat. Je demeure persuadé que les solutions les plus pertinentes aux problématiques de l’éducation, de l’emploi et de l’insertion des jeunes sont celles qui sont nourries par leurs propres réflexions et contributions. Dans les mois qui viennent j’aurai avec eux une rencontre pour débattre des projets que je compte mettre en œuvre. … J’envisage par exemple que l’attribution des marchés publics réserve un quota allant jusqu’à 20% aux jeunes entrepreneurs et aux femmes, qui bénéficieront par ailleurs de procédures allégées », a énoncé Faure Gnassingbé dans son discours de ce 03 janvier.

« C’est une promesse qui nous réjouit en tant que jeune entrepreneur car si cette mesure, déjà contenue dans la charte des PME/PMI venait à être appliquée, elle constituera une véritable bouffée d’oxygène pour les jeunes entrepreneurs et un moyen supplémentaire de promouvoir les entreprises et produits locaux. En plus, cette mesure pourra pousser plus de jeunes entrepreneurs, encore dans l’informel à se formaliser afin d’en bénéficier et du coup, générer un retour en matière de fiscalité», a souhaité Ismaël Tanko, Directeur général de Togo Timati.

Par contre, dans l’esprit de Gabin Mensah, promoteur de l’entrepreneuriat des jeunes dans la zone Lomé-Est, le réalisme prend le dessus. « Si les 20% des marchés publics pourraient être d’une manière ou d’une autre le levier dont les entrepreneurs ont besoin pour soulever haut ce domaine, on ne peut que l’apprécier à sa juste valeur. Reste maintenant à joindre l’acte à la parole », a-t-il souhaité.

Commentaire d'article

Umalis