Culture & Réligion

Togo/Année 2018 : Les évêques togolais ont aussi émis des vœux pour le Togo

A l’aube de 2018, les prélats togolais restent essentiellement préoccupés  par la crise qui secoue le Togo depuis bientôt 6 mois. Au cours de leurs différentes cérémonies de présentations de vœux, les sept évêques du Togo ont évoqué cette crise et prié pour un Togo pacifique.

Ils se sont exprimés différemment mais leur message est unique : Paix pour le Togo ! C’est en somme ce que souhaite  chaque prélat dans les différents diocèses du Togo. En témoignent quelques phrases pertinentes de leurs discours respectifs.

Dans son message de vœux, Mgr Benoît Alowonou, évêque de Kpalimé, ville située dans le sud-ouest du Togo a déploré « une année de crises avec des morts, des blessés et des déplacés ». Pour le président de la Conférence des évêques du Togo, « un seul mort est déjà un mort de trop, car les divergences entre Togolais ne devraient pas se résoudre dans la violence, le sang et la mort ».

De son côté, Mgr Dominique Guigbile, évêque de Dapaong (au nord du pays) a témoigné aux victimes de cette crise et à leurs familles sa « compassion » et sa « proximité affective ».

Pour Mgr Nicodème Barrigah-Benissan, l’évêque d’Atakpamé, à 120 km au nord-ouest de la capitale Lomé, tous les maux  reposent  sur l’égoïsme: « Quittons nos larges chemins de l’orgueil et de l’indifférence, prenons le sentier de l’amour fraternel car large est le chemin de la mort, étroit est le sentier de la vie », a invité le prélat, président de la Commission Vérité Justice et Réconciliation.

L’évêque de Sokodé, dans le centre du pays, Mgr Célestin-Marie Gaoua, lui, a souhaité « que cette année, voie le Togo pacifié au nom de Jésus le sauveur du monde », tandis que Mgr Isaac Gaglo, évêque d’Aného (sud-est) exhorte : « Traçons ensemble, le noble chemin vers le développement humain intégral dans le respect de nos différences et jetons sur l’année qui commence un regard optimiste soutenu par la foi » en Dieu.

« Que dans nos familles, les cœurs s’ouvrent largement pour accueillir Dieu, source de paix, de joie et de prospérité », prie l’évêque de Kara (à 400 km au nord de Lomé) Mgr Jacques Longa.

« Pour que la paix règne dans nos cœurs, dans nos foyers, dans nos familles, dans notre Eglise-famille de Dieu qui est à Lomé et au Togo, il faut que nous travaillions à la vérité qui est le fondement de la paix », conseille Mgr Denis Amuzu-Dzakpah, archevêque de Lomé, pour boucler la litanie de souhaits pour le Togo.

 

Commentaire d'article

Umalis