Politique

« Faure Gnassingbé n’est pas partie prenante au dialogue », souligne Christian Trimua

Le départ du chef de l’État Faure Gnassingbé réclamé par les populations dans les rues s’est invité à une émission radiophonique hier jeudi, avec pour invité, Christian Trimua, le conseiller du président.

A la question, la contestation du pouvoir de Faure sera-t-il traité au cours du prochain dialogue ? Christian Trimua rétorque en disant que le chef de l’État est une institution de la république et donc, au-dessus du dialogue. « Nous n’irons pas à un dialogue pour négocier le départ immédiat ou un engagement futur du chef de l’état à partir, il faut que les gens sortent cela de la tête », a-t-il souligné.

Selon lui, Faure Gnassingbé ne prendra pas part à ce dialogue. Son rôle sera d’exécuter avec le gouvernement, les recommandations qui sortiront de ce dialogue. Et d’ajouter, « à partir du moment où la limitation de mandats a été cédée, toutes les autres questions qui sont périphériques trouveront solution rapidement dans un dialogue ».

La recomposition des institutions et les garanties électorales sont d’après lui, sont les principaux sujets qui seront au centre des discussions.

Commentaire d'article

Umalis