Politique

Togo / Pour Alberto Olympio, la solution du dialogue politique à la crise est un piège à éviter

« Ne nous laissons pas endormir, ne cédons pas à la tentation de raccourcis qui nous feraient croire qu’un dialogue accélérerait les choses alors que nous savons pertinemment que c’est l’astuce parfaite de la fuite en avant pour ceux qui refusent d’admettre leurs responsabilités… », c’est par ces mots que l’ex-président du Parti des Togolais, Alberto Olympio, dans une récente sortie a mis en garde ces compères de luttes.

Pour cet homme politique, il n’y a rien de plus simple que de donner au peuple ce qu’il réclame : le Retour à la constitution de 1992 dans sa version originelle et le vote de la diaspora. « On n’a pas besoin d’un dialogue pour ça », indique-t-il.

« Nous voulons les deux maintenant : La constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora. Nous voulons une transition démocratique permettant d’organiser de véritables élections où le prochain président sera ELU et non IMPOSE par la force », insiste Alberto Olympio. Il s’offusque du fait que les acteurs politiques, de la société civile et de la communauté internationale ne jurent que par le dialogue qui, selon eux, constitue la vraie porte de sortie de crise au Togo.

Le vœu d’Alberto Olympio pour l’année 2018 est que la mobilisation se renforce pour faire tomber le règne d’un demi-siècle sans partage et la mauvaise gestion des ressources économiques du pays.

Commentaire d'article

Umalis