Politique

Me Paul Dodji Apevon des FDR invite les togolais à surmonter le mal par le bien en cette nouvelle année

Les trois premiers mois de chaque nouvelle année sont l’occasion de formuler de bons vœux. Dans le monde politique au Togo, les acteurs observent aussi la tradition. Après Jean-Pierre Fabre et Agbeyome Kodjo, le président des Forces démocratiques pour la République (FDR), Me Paul Dodji Apévon, membre des 14 partis de la Coalition de l’opposition, adresse son message au peuple togolais.

Message de vœux du président national des Forces Démocratiques pour la République (FDR)

Togolaises et Togolais,

Chers Compatriotes,

Au moment où la nouvelle année nous ouvre grandement ses bras, je voudrais, au nom des Forces Démocratiques pour la République (FDR) et en mon nom propre, présenter à vous tous, Togolais de l’intérieur comme de la diaspora, mes vœux de santé, de paix et de prospérité.

Je rends grâce à Dieu le Tout Puissant pour sa miséricorde indéfectible dont nous avons bénéficié durant l’année qui s’achève et lui demande avec foi et humilité de couvrir chacun de nous de son Amour sans limite afin que nous puissions tous, avec courage et détermination, relever les défis inévitables auxquels nous serons confrontés tout au long de l’année nouvelle.

Par la volonté du Créateur nous sommes nés sur le territoire qui est aujourd’hui notre patrimoine commun.

Notre désir ardent est d’y trouver les atouts pour l’épanouissement et le mieux-être de chacun de nous.

Malheureusement, par l’égoïsme de certains qui prennent cet héritage commun comme leur propriété privée, les inégalités deviennent de plus en plus criardes et la majorité s’enfonce de plus en plus dans la misère.

Et c’est pour mettre fin à cette situation inacceptable et redonner de l’espoir à la grande majorité qui a perdu foi en son avenir, parce que appauvrie et manipulée en permanence, que nous exprimons depuis plus de quatre mois notre ras-le-bol.

Alors que ce que nous demandons pour donner un vrai sens à la démocratie dans notre pays est facile à comprendre s’il y a la bonne foi et la bonne volonté, les tenants du pouvoir mettent tout en œuvre pour maintenir le statu quo.

Et pour parvenir à leur fin, ils n’hésitent pas à recourir, comme d’habitude, à toutes sortes de manœuvres, en l’occurrence la violence gratuite pour étouffer le mécontentement populaire et l’appel à des mercenaires intellectuels nationaux ou étrangers pour manipuler l’opinion nationale et internationale.

 

C’est ainsi que des exactions monstrueuses, entrainant des morts, des blessés graves et de centaines de réfugiés, ont été commises dans plusieurs localités, de nombreuses arrestations de manifestants opérées sans motif.

Les images des miliciens en armes commettant des violences indescriptibles sous la protection des forces régulières de sécurité ont fait le tour du monde. Il en est de même de ce jeune compatriote arrêté après la dispersion injustifiée des manifestations du 28 décembre 2017, battu par plusieurs agents de sécurité, jeté comme un animal dans un véhicule et roué de coups de pied sur la tête alors qu’il n’opposait aucune résistance.

Face à ces actes de violences gratuites qui choquent et qui révoltent, la tentation est grande, et c’est humain, de riposter par la violence. Mais la violence est l’arme des faibles, de ceux qui sont aux abois, de ceux qui n’ont pas de solutions. Se laisser entrainer sur ce terrain, c’est fournir à ceux-ci l’alibi qu’ils recherchent.

Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien. Rom. 12 :21

Nous avons résolument opté pour la non-violence et nous sommes sur la bonne voie.

Je salue encore une fois le courage et la bravoure de chacun de nous dans ce combat implacable que nous avons engagé contre la dictature sous toutes ses formes. La crise que traverse actuellement notre pays est si profonde et la quête d’une vraie démocratie et d’un vrai Etat de droit si grande que toutes brimades, tous sévices, toutes manœuvres, seront sans effet sur notre détermination.

Je garde la foi que Dieu, qui demeure juste dans ses jugements, exécutera certainement en cette année 2018 son glorieux plan pour le Togo en rendant possibles nos profondes aspirations qui baliseront le chemin pour la paix et la concorde dans notre pays.

Qu’il donne à chacun de nous la sagesse et l’humilité afin que nos propos et nos comportements militent en faveur de la réalisation du bien commun. C’est ainsi que nous allons recréer l’espoir.

Bonne et heureuse année 2018 à vous tous.

LE PRÉSIDENT NATIONAL

Me Paul Dodji APEVON

Commentaire d'article

Umalis