Politique

Togo / « Le gouvernement ne va pas mener le dialogue comme il le prévoit », Brigitte Adjamagbo-Johnson

Au retour de leur visite de travail à Accra, le trio qui représente la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise (Jean-Pierre Fabre, Brigitte Adjamagbo-Johnson, Tikpi Atchadam) ont fait un compte-rendu fidèle à leurs compatriotes à l’issue de la marche de ce 30 décembre 2017. Il faut retenir que le dialogue aura lieu dans les prochains jours en vue de la résolution de la crise politique au Togo et connaîtra un ou des médiateurs.

« Le gouvernement ne va pas mener le dialogue comme il le prévoit. La CEDEAO n’a jamais dit qu’il n’y aura pas la médiation au Togo. Le Ghana nous a dit qu’il se sent concerné, autant que nous, par tout ce qui se passe dans notre pays. C’est donc naturellement qu’il s’implique dans le règlement de cette crise, parce qu’il considère que tant que le Togo ne sera pas en paix, ils subiront les contrecoups… La médiation ghanéenne va continuer », a indiqué la Coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition.

Contrairement aux souhaits de la plupart des partis de l’opposition togolaise, le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives, Gilbert Bawara, faisant office de porte-parole du gouvernement a déclaré que les médiateurs se sont dessaisis du dossier togolais et que le dialogue doit s’organiser entre togolais sans aucun médiateur. Selon les informations rapportées par Jean-Pierre Fabre, Tikpi Atchadam et Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, le président ghanéen Nana Akufo-Addo se dit prêt à jouer la médiation et à se faire aider au besoin par ses pairs du Bénin, Patrice Talon et Rock Christian Kaboré du Burkina Faso.

Commentaire d'article

Umalis