Economie

Togo / Grâce à la numérisation, l’immatriculation de vos voitures ne dure désormais que 30 minutes

Depuis le 21 décembre, une nouvelle ère a commencé pour la Direction des Transports routiers et ferroviaires (DTRF) avec la numérisation de toutes les procédures administratives dans le cadre de l’immatriculation des voitures. Cependant, une groupe de prestataires appelé transitaires se sont sentis lésés et s’indignent.

Au cours d’une conférence de presse, les premiers responsables de la DTRF ont convié la presse à constater de visu les innovations numériques apportées aux procédures d’immatriculation des véhicules afin de permettre à leurs clients de gagner en temps et en qualité. Il faut surtout souligner le critère de transparence dans la gestion des frais versés par les usagers afin d’éradiquer le phénomène de faux frais, de corruption et de lenteur dans la chaîne de traitement des demandes d’immatriculation.

Pour Kokou Délato Agbokpè, Directeur des Transports routiers et ferroviaires, il n’y a pas meilleure solution pour assurer la rapidité, la facilité et la transparence dans les procédures de délivrance des plaques minéralogiques. Désormais, il n’est plus nécessaire de payer des frais supplémentaires en plus des 25.500 F CFA TTC exigés par l’Etat pour l’immatriculation des véhicules ordinaires dont la puissance est inférieure à 15 chevaux. La délivrance des documents d’immatriculation aux clients se fait désormais dans un délai de 15 à 30 minutes suivant le dépôt de la demande.

Cependant, l’introduction de cette réforme dans le travail de la DTRF n’enchante pas tous les acteurs de la chaîne dont les transitaires dits « ambulants » qui estiment que ce changement ne laisse plus de place aux négociations d’arrière-boutique et privilégie les agrées en douanes qui ont désormais le monopole du marché. La DTRF promet engager des discussions avec les transitaires en vue de trouver les moyens de réglementer leur travail dans un cadre plus organisé et reconnu par l’Etat togolais.

Commentaire d'article

Umalis