Société

Zankli Lawson VIII et Quam Dessou XV sonnent la fin des rites de veuvage déshumanisants pour la femme des Lacs

Les chefs traditionnels de la ville d’Aného, Togbui Ahuawoto Zankli Lawson VIII et Nana Anè Ohiniko Quam Dessou XV sonnent la fin des rites de veuvages déshumanisants pour la femme des Lacs. L’annonce a été faite ce jeudi lors d’une cérémonie apothéose du projet « éradication des pratiques coutumières de veuvage ». C’était un projet de l’ONG Alafia appuyé par l’Ambassade des États-Unis.

Selon les deux chefs traditionnels, les rites de veuvages pour la femme des Lacs ne dépasseront pas 24 heures et respecteront la dignité humaine. A cela viendront s’ajouter d’autres actions en matière de la protection de la veuve et de l’orphelin des affres des parents du défunt mari, à en croire le roi des Mina.

« Il y a d’autres formes d’intimidation qui se font également à l’égard des femmes, après le décès de leur conjoint. Nous allons les lister et voir de façon concertée, afin que les veuves et les orphelins ne soient pas soumis aux différents aléas que nous constatons aujourd’hui », a indiqué Nana Anè Ohiniko Quam Dessou XV.

Adzoavi Nyuito Tatey, la directrice exécutive de l’ONG Alafia pour sa part, fait savoir que « les cérémonies de veuvage sont devenues des formes de violence exercées sur les femmes ; ces cérémonies sont en contradiction avec le droit moderne et les conventions de lutte  contre les formes de violence faites sur les femmes, signées par l’État togolais ».

Commentaire d'article

Umalis