Politique

Togo / Échauffourées hier à Deckon : Le ministre Yark Damehane situe les responsabilités !

(Image togoportail.net)

« Il n’était pas question de faire un meeting à Deckon, car c’est un centre commercial où certains compatriotes font leurs affaires… », s’indigne le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Col Yark Damehane. Bien qu’il n’ait pas été ainsi convenu avec les autorités publiques, la marche de mercredi a chuté à Deckon par un meeting. Celle de jeudi prévue suivre le même itinéraire a mal tourné à la fin…

Selon Eric Dupuy Secrétaire à la Communication à l’Alliance nationale pour le changement (ANC), avant même d’expliquer aux manifestants que le changement d’itinéraire n’a pas été prévu, les forces de l’ordre ont commencé à lancer des grenades lacrymogènes. « Il y a eu plusieurs blessés. Le peuple togolais n’est pas un peuple d’animaux, nous sommes des hommes et des femmes, nous payons nos impôts, nous sommes des citoyens togolais comme eux, ils nous doivent un minimum de respect. C’est inadmissible », a-t-il déploré.

En effet, les cortèges ont convergé tranquillement hier après-midi, en direction du point de chute. Cependant, les manifestants ont encore voulu contraindre les responsables à chuter au carrefour Deckon, alors les forces de l’ordre ont commencé à riposter. Aux détonations de grenades lacrymogènes ont répondu des jets de pierres, une course-poursuite a eu lieu entre les forces de l’ordre et les manifestants. Dans la foulée, plusieurs personnes ont été interpellées, plusieurs blessés et des dégâts matériels sont à signaler. Les véhicules de certains leaders ont été pris pour cibles.

Pour sa part, le ministre Yark Damehane s’en prend aux responsables de la coalition des 14 partis politiques qui n’ont pas su canaliser les énergies débordantes des manifestants. « Les organisateurs de la marche sont des criminels. Car ils ne sont pas sérieux. Ils ne peuvent pas rester derrière et demander aux jeunes d’avancer », condamne-t-il. Il croit dur comme fer qu’un parti, au cours d’une réunion, a instruit ses militants à désobéir à l’itinéraire convenu avec l’autorité et à s’en prendre tacitement aux forces de l’ordre et de sécurité à des fins inavouées.

Toutefois, les manifestations de rue programmées par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise se sont déroulées ce mercredi « pacifiquement et sans incident majeur » à Anié, Kpalimé, Vogan et Lomé, dit-il.

Commentaire d'article

Umalis