Politique

Togo/ Qui doit prendre part au dialogue ? « Pourquoi pas le NET », s’interroge Gerry Taama

Le président du Nouvel engagement togolais (NET), Gerry Taama, s’est prononcé sur le prochain dialogue qui s’organise par le gouvernement togolais. Sur la radio privée Nana Fm, ce 13 décembre, le jeune politicien a soutenu que son parti était habilité, tout autant que les  14 autres, a prendre part au prochain dialogue.

Gerry Taama, estime que c’est une « énorme aberration » de disqualifier de cette question de réformes politiques le NET, qui a pris part aux élections et dont le résultat dépasse ceux de certains partis politiques membres de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Sans doute pour répondre aux indiscrétions qui proposent que seuls les 14 partis politiques de l’opposition, principaux acteurs de la crise devraient prendre part aux discussions.

Pour le président du NET,« C’est scandaleux que des acteurs politiques qui aspirent à gouverner le pays demain, puissent faire preuve de tant de monolithisme et de rejet de la diversité ».  Il poursuit en faisant remarquer qu’il y a « des formations politiques qui n’ont jamais regroupé 10 personnes sous un arbre pour faire une campagne électorale ».

« Sous le prétexte qu’elles ont décidé de se regrouper mais sans aucune expérience électorale, sont elles plus fondées pour parler des modifications électorales que les formations qui ont pris part à des élections » ? s’interroge le président du NET.
Gerry Taama s’appuie sur la Constitution et  la charte des partis politiques, qui selon lui , ne stipulent en rien que la vie politique doit s’organiser entre « le pouvoir et un regroupement de partis politiques ».

Commentaire d'article

Umalis