Education

Togo/ Presence des forces de l’ordre dans les établissements scolaires: L’ASVITTO dit « NON »!

Les mouvements d’humeur répétés des enseignants togolais ont entrainé une descente des élèves dans les rues pour réclamer leurs cours. En vue de » maitriser la situation », des forces de l’ordre sont déployés dans certains établissements scolaires. Pour l’Association des Victimes de la Torture du Togo, cela constitue une « torture morale ». Dans une déclaration, les responsables de l’association invitent les concernés à mettre fin à cette crise. Ci contre la déclaration :

 

« Déclaration de l’ASVITTO relative au déploiement des forces de l’ordre dans certains établissements scolaires

L’ASVITTO dénonce une forme de torture morale sur les écoliers et exige le retrait de ces dispositifs militaires et l’ouverture d’un dialogue sincère avec les enseignants

Depuis plusieurs semaines les revendications insatisfaites des enseignants ont débouché sur des grèves répétées et qui risquent d’entrainer encore des mouvements de rue spontanés des élèves. Cette situation n’a jamais été profitable ni au gouvernement, ni aux syndicats mais a entraîné des pertes énormes dans le monde des élèves et toute la nation Togolaise.

A cet effet, l’ASVITTO salut la promptitude des réactions des organisations scolaires et universitaires dont la SEET (synergie des élèves et étudiants du Togo) et la LTDE (Ligue togolaise des droits des étudiants ) qui tirent sur la sonnette d’alarme en interpellant les autorités gouvernementales sur l’urgence et la nécessité de l’heure à œuvrer rapidement pour une solution salvatrice en vue de sauver l’éducation Togolaise.

Dans le même sens que la SEET et la LTDE, l’ASVITTO convient tous les protagonistes de la crise dans le monde éducatif au dialogue pour la mise en œuvre appropriée des engagements pris les uns vis-à-vis des autres dans l’intérêt commun de tous les Togolais.

Fait à Lomé, le 13 décembre 2017

Commentaire d'article

Umalis