Education

Togo / Grève des enseignants : Pourquoi ce silence des autorités politiques ? s’interroge la SEET

L’année scolaire 2017-2018 est marquée dès son début par les grèves à répétition. Pour la Synergie des Elèves et Etudiants du Togo (SEET), les actions du gouvernement pour résoudre la crise ne sont pas visibles et les autorités compétentes semblent se réfugier dans un silence coupable. A cet effet, la SEET demande au gouvernement d’agir en dialoguant avec les syndicats des enseignants. Elle a pris la parole à travers une déclaration dont voici la teneur.

Depuis le début de cette année scolaire, les établissements scolaires du Togo traversent des grèves répétitives qui pèsent sur la pédagogie et la qualité de l’éducation. Consciente des séquelles d’une telle irrégularité sur la qualité de l’éducation et la pédagogie de l’année en cours, la Synergie des Elèves et Etudiants du Togo à plusieurs fois rappelé au Premier Ministre, au chef de l’Etat et à tout le gouvernement d’avoir une écoute attentive aux légitimes revendications des enseignants.

Mais force est de constater que malgré toutes ces démarches, le chef de l’état, et le gouvernement ne semblent pas faire de l’éducation une priorité alors qu’ils se disent très préoccupés de l’avenir de la jeunesse Togolaise.

La Synergie des Elèves et Etudiants du Togo, fidèle à ses principes d’attirer les uns et les autres au devoir et au sens de responsabilité conformément au droit à l’éducation garantit par la constitution, rappelle encore une fois aux autorités que seul le dialogue est poumon de la résolution de toutes crises dans la société actuelle et les invite à œuvrer honnêtement aux côtés des enseignants et les syndicats pour une sortie définitive de la crise afin de mettre notre pays sur les rails d’un véritable développement car « tant vaut l’école, tant vaut la nation ».

Le Bureau Exécutif National de la SEET invite ses points focaux sur toute l’étendue du territoire de rester mobiliser et solidaire autour des revendications de nos formateurs pour défendre des causes nobles. Pour finir, la SEET invite le préfet de Tône à cesser toute menace et intimidation sur les enseignants et l’invite à rattraper rapidement son retard par rapport à la civilité et au train du renouveau comme ses collègues des autres préfectures du pays.

Fait à Lomé, le 22 novembre 2017

Le Bureau Exécutif

Commentaire d'article

Umalis