Politique

Togo/ L’ASVITTO dénonce des propos indignes et belliqueux du chef de l’Etat à Temedja

Dans une déclaration rendue publique dimanche dernier, l’Association des victimes de torture au Togo (ASVITTO) s’insurge contre le discours du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé prononcé le 10 novembre dernier. L’association qualifie ces propos d’ « indignes » et « dangereux ».

Les propos du chef de l’état togolais au camp militaire de Temedja au cours d’une cérémonie officielle ont été diversement appréciés par l’opinion publique. Le président togolais s’était essentiellement appesanti sur la mort de deux militaires « lynchés et décapités » (selon ses mots),et a dénoncé les morts au cours des récentes manifestations tout en accusant l’opposition togolaise.

Pour l’ASVITTO, le chef de l’état  n’a pas joué le rôle qui est le sien, celui de « garant de l’unité nationale ».

En « faisant allusion exclusivement à la mort des militaires, loin d’apporter l’apaisement et la paix indispensables pour le pays en cette période de crise, il vient aggraver la situation, car en lieu et place des paroles d’union et la réconciliation attendues, le chef de famille de la nation togolaise, par ses propos, a semé encore la division pour des fins inavouées », écrit le président de l’ASVITTO, Monzolouwè Kao Atcholi.

« Le fait pour Faure Gnassingbé de dire que les assassins des deux militaires tués seront activement recherchés et seront châtiés conformément aux lois en vigueur au Togo, est normal et n’a d’ailleurs pas besoin d’être annoncé dans un pays de droit », rappelle l’ASVITTO qui estime que « cette annonce semble disculper et innocenter les auteurs des assassinats des personnalités civiles (au moins 13) décédées sous les balles des militaires depuis le 19 août 2017 ».

L’association de défense des personnes torturées condamnent par conséquent  une prise de position « inacceptable », « indigne» et « belliqueux » qui est de nature à exacerber la tension actuelle dans le pays.

Par ailleurs, l’ASVITTO invite la classe politique dans son ensemble à la retenue et demande aux forces de l’ordre, de sécurité et de défense de préserver surtout la vie humaine.

 

Commentaire d'article

Umalis