Education

Rentrée syndicale aux SNES et SEST: les enseignants du supérieur relancent leurs revendications

« Réussir sa carrière à l’Université », c’est autour de ce thème que le Syndicat National des Enseignants du Supérieur (SNES) et le Syndicat de l’Enseignement Supérieur au Togo (SEST) ont fait leur rentrée syndicale 2017-2018. Au cours de cette réunion, ces enseignants du supérieur ont rappelé au gouvernement les promesses qu’il leur a faites et qui sont restées sans suite.

« Nous avons relancé le gouvernement sur ce qu’il nous doit pour que rapidement une solution soit trouvée pour que dorénavant, un enseignant qui intervient dans le supérieur, sache à quoi s’attendre en termes de salaire et que cela devienne aussi un élément de motivation pour que d’autres personnes qui sont intéressées par l’enseignement à l’université, puissent bénéficier des mêmes grilles », a indiqué  Kokou Awokou, SG du SEST.

Ces revendications sont relatives à la grille salariale qui devait être revue à 30% et aux primes et indemnités à 50%. Ceci a été décidé suite à un accord intervenu entre les enseignants et l’autorité en 2012. Il a également été décidé du côté du gouvernement toujours au terme de cet accord, de satisfaire dans un premier temps, 50% des revendications. Selon les enseignants, ça n’a été le cas.

Il faut noter que la question de la Caisse Nationale de Sécurité sociale (CNSS) a également été abordée au cours de la réunion.

Commentaire d'article

Umalis