Education

Togo / Grève des enseignants : « Il faut savoir dissocier la lutte politique et l’engagement syndical », Gilbert Bawara

« Confusion et amalgames entre l’engagement ou les actions d’ordre syndical et politique », c’est en substance ce que pense le ministre de la Fonction publique, du Travail et des Réformes administratives à propos de la nouvelle grève de 3 jours annoncée par différents regroupements d’enseignants togolais.

Au micro de nos confrères de Taxi Fm ce jeudi, le ministre Gilbert Bawara a indiqué que certaines des revendications exprimées par les syndicalistes et, qui justifieraient la situation actuelle, « n’ont pas lieu d’être ». Pour lui, les engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des enseignants en vue de l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail devraient normalement faire foi et loi.

Rappelons que la plateforme revendicative des enseignants grévistes comporte les points suivants :

  • l’intégration des indemnités forfaitaires de vingt mille (20.000) F CFA aux salaires de base des enseignants qui émargent sur la subvention que l’Etat accorde à l’enseignement confessionnel
  • la révision du traitement des 1045 enseignants confessionnels qui eux autres émargent sur le budget additionnel de la subvention
  • rédaction et la signature d’un texte de convention de partenariat entre le gouvernement et l’enseignement confessionnel dans un meilleur délai

Pour l’heure, aucune solution évidente n’a été proposée aux syndicalistes qui entament dès lundi prochain  leur grève de 3 jours. Notons que la situation sociopolitique risque d’être crispée la semaine prochaine où la coalition des 14 partis politiques annonce elle aussi des manifestations tous les 5 jours ouvrés.

Commentaire d'article

Umalis