Politique

Togo/ Réponse de David Ourna Gnata à Eric dupuy : « Voici celui qu’on appelle un dictateur… »

Les propos du président de la République, Faure Gnassingbé, lors du congrès de son parti UNIR le 28 octobre dernier, ont suscité une série de réactions au sein de la classe politique. Alors que certains membres de l’opposition disent être  choqués par son appréhension du mot « dictateur »,  David Ourna Gnata, un acteur politique, ne voit pas les choses sur cet angle. Dans une petite analyse, il explique les propos de Faure Gnassingbé, mieux le défend, indexant particulièrement M. Eric Dupuy, vice président de l’Alliance Nationale pour le Changement.

« Aujourd’hui, ceux qui intoxiquent, ceux qui mentent, ont trouvé des alliés dans la technologie et on peut transformer une chose juste, ou alors un homme simple comme moi en dictateur sanguinaire », avait déclaré le président de la République togolaise dans son discours de circonstance. Au lendemain de cette déclaration, les interprétations ont fusé de tous parts.

Eric Dupuy de l’ANC, a soutenu que « Faure Gnassingbé est réellement un dictateur car le dictateur, c’est celui qui s’impose par la force à ses concitoyens, soutenu par une force militaire ou une milice ». Un avis que l’acteur politique, David Ourna Gnata, ne partage pas.

Pour ce membre du parti UNIR, les propos de M. Eric Dupuy  ne reflètent pas la réalité.

« Je veux faire savoir à Mr Dupuy, qu’un dictateur n’est pas celui qui conquiert le pouvoir par les urnes, il n’est pas celui qui accepte le pluralisme et fait adopter un statut de l’opposition. Un dictateur n’est pas celui qui accepte la liberté d’expression. Le dictateur n’est pas celui qui accepte le vote d’une loi sur les manifestations, permettant à son principal opposant de marcher tous les week-ends et ceci pendant cinq années consécutives », a-t-il contesté.

L’analyste a par ailleurs invité les opposants togolais à éviter de chercher à « détruire à tout prix l’adversaire politique ».

 

 

Commentaire d'article

Umalis