Politique

Togo / Grogne de la population, Référendum, CENI : Un seul mot pour qualifier l’attitude des pouvoirs publics

Pendant que la lutte populaire reprend un nouvel élan avec la levée d’interdiction de manifestations en semaine, le gouvernement de son côté met les pions en place pour la tenue des législatives et du référendum dans le 2ème semestre de l’année 2018. Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, la Coordinatrice des 14 partis politiques de l’opposition, initiatrices des manifestations, fait l’analyse de cette situation.

Selon le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, les législatives auront lieu au Togo au plus tard le 14 juillet 2018. Malgré la contestation de la population, le référendum sera organisé bien avant cette date. A cet effet, le processus électoral est en cours. Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson qualifie cette attitude de « folie collective », vu que personne au RPT/UNIR n’a réussi à dire aux autres qu’ils courent droit dans le mur. Selon elle, le régime en place se fourvoie et court à sa propre perte.

« La folie collective que nous observons dans le camp d’en face où il n’y a personne pour dire ‘ce que nous faisons n’est pas bon, arrêtons, revenons à la réalité’, finira par s’arrêter. Nous allons nous asseoir pour discuter. Nous n’avons aucun doute, tout cela va s’arrêter. Nous discuterons des institutions qui n’arrivent pas à fonctionner normalement dans ce pays, y compris la CENI « , a-t-elle précisé.

Commentaire d'article

Umalis