Diplomatie

Processus électoral bloqué au Libéria : Faure Gnassingbé et Alpha Condé en mission de sauvetage

Certains partis politiques ayant pris part au 1er tour de l’élection présidentielle le 10 octobre dernier au Libéria ont introduit des recours auprès de la Cour Suprême. Ces plaintes ont été rejetées par la Commission électorale libérienne. Pour sa part, la Cour suprême du pays pense qu’il y a des préalables à observer avant la tenue du 2ème tour du scrutin prévu pour le 7 Novembre prochain. Les Chefs de la CEDEAO et de l’UA ont donc jugé leur implication nécessaire.

En tant que président en exercice de la CEDEAO, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé et son homologue guinéen Alpha Condé à la tête de l’Union Africaine se sont rendus à Monrovia ce mercredi pour discuter avec les acteurs politiques libériens en vue de la reprise des opérations électorales. Quelques mots sur cette mission postés par le président togolais Faure Gnassingbé sur son compte twitter : « … nous discutons ensemble de la nécessité de faire aboutir le processus de l’élection présidentielle dans la paix et la quiétude au Libéria ».

Jusqu’à ce qu’une solution durable soit trouvée à cette situation, la Cour suprême a suspendu l’élection présidentielle et convoqué la Commission électorale nationale (NEC) ce jeudi 02 novembre pour expliquer ce qui justifie la raison du rejet des recours des plaignants. Pour sa part, Georges Weah, le candidat arrivé en tête de l’élection, a mis en garde les juges de la Cour Suprême contre toute décision pouvant créer l’instabilité dans le pays, tout en restant contre une éventuelle reprise du vote.

Commentaire d'article

Umalis