Politique

Éric Dupuy surpris de l’étonnement de Faure Gnassingbé d’être taxé de « dictateur sanguinaire »

« Le dictateur, c’est celui qui s’impose par la force à ses concitoyens, soutenu par une force militaire ou une milice. Ce n’est pas le cas au Togo ? Une dictature est un régime politique dans lequel un individu ou un groupe d’individus s’impose aux autres, traficote les consultations électorales quand il y en a, qui ne respecte pas les lois de la République et la Constitution. Ne sommes-nous pas dans une dictature? »

Ce sont là les propos tenus par Eric Dupuy sur la radio Nana Fm ce lundi matin, en réaction à la déclaration de Faure Gnassingbé samedi dernier à l’ouverture du congrès d’UNIR.  « J’ai découvert que je suis un dictateur sanguinaire », disait le chef de l’Etat. Pour le secrétaire national à la communication de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), cette déclaration de Faure Gnassingbé dans le contexte actuel du pays, n’a pas lieu d’être et surtout que les Togolais sont meurtris par les derniers événements.

Se prononçant ensuite sur la question du référendum, M. Dupuy estime que le dernier mot revient à la population togolaise qui doit se mobiliser davantage pour venir à bout du régime. « Si les populations togolaises se mobilisent de plus en plus massivement, il arrivera un moment où le régime va baisser les bras. La lutte sera longue parce que le combat se fait contre  un régime dictatorial. Il y a des morts, des blessés, mais il ne faut pas baisser les bras », a souligné Eric Dupuy. Par ailleurs, il a invité le peuple à une grande mobilisation les 7, 8 et 9 novembre prochains.

 

Commentaire d'article

Umalis