Politique

Ghana, Benin, Pays-Bas, Allemagne : La diaspora togolaise sort de sa torpeur et met la pression

Image illustrative

Les manifestations conjointes dans les villes du Togo et de la diaspora organisées le 19 août 2017 par le président du Parti National Panafricain (PNP) ont eu un tel retentissement que la diaspora en a pris goût. Face au répit observé par les populations togolaises par rapport aux manifestations de rue, la diaspora togolaise hausse le ton.

Au Ghana, les Togolais ont organisé ce samedi un meeting dans un stade à Accra derrière la grande mosquée Amina. Les pancartes et les banderoles portent les messages repris en chœur à travers des slogans hostiles au régime de Faure Gnassingbé : « Sauvons le Togo », « Libérez les imams », « Stop killing children » etc.

Manifestations de la diaspora togolaise au Ghana

A des centaines de milliers de kilomètres, d’autres togolais battent également le pavé aux Pays-Bas pour réclamer le départ de l’actuel président de a République togolaise. Au Bénin, pays voisin à l’Est du Togo, la diaspora togolaise a envahi les rues de Cotonou avec les pancartes sur lesquelles on pourrait lire : « Faure dégage ! », « Libérez l’imam Hassan Mollah », « Sauvons le Togo », « 50 ans, ça suffit ! ». Retour à la Constitution de 1992, vote de la diaspora, révision du cadre électoral : les raisons qui poussent les togolais à descendre dans les rues de leurs pays de résidence sont multiples. A Berlin et dans d’autres capitales européennes et américaines résonnent les cris de protestation des togolais.

Dans le même temps au Togo, l’un des présidents africains le plus contesté dans son pays ces dernières semaines préside en toute quiétude le congrès statutaire de son parti Union pour la République (Unir).

Commentaire d'article

Umalis