Justice

Togo / Arrestations, enlèvements, présence des miliciens, la LTDH dresse un sombre bilan de la crise

Le président de la Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH), Me Raphaël Kpandé-Adjaré s’indigne face aux récents évènements que le Togo a connu. S’exprimant ce jeudi, le défenseur des droits humains a dénoncé les enlèvements signalés et les actes de torture répétés et la présence des milices dans le pays.

Me Kpandé-Adjaré a essentiellement pointé du doigt  les ministres directement impliqués dans cette affaire. Notamment le ministre de la justice ainsi que  le ministre de la sécurité et de la protection civile, le colonel Damehame Yark, qui demande aux Togolais de se contenter de l’appellation « groupes d’auto-défense ».

« Dans un pays, lorsque les agents de sécurité démissionnent, c’est le chaos la résurgence des miliciens est notoire, le garde des sceaux doit prendre ses responsabilités. Aujourd’hui, il doit interpeller les miliciens. S’il ne le fait pas, il est complice de l’avènement des miliciens », a déclaré l’avocat.

Le président de la LTDH demande au ministre de la justice de poser des actes concrets pour dénouer la situation. « Le ministre doit ouvrir une information contre ces gens. Il est dépositaire d’un pouvoir public », a recommandé Me Kpandé-Adjaré.

 

Commentaire d'article

Umalis