Politique

La Conférence ministérielle de la Francophonie échappe à Faure Gnassingbé

La Conférence ministérielle de la Francophonie que le Togo devrait abriter du 24 au 26 novembre prochain n’est plus d’actualité. Le gouvernement togolais dans un communiqué, vient d’y renoncer. C’est la deuxième rencontre internationale avortée après celle du sommet Afrique Israël.

« Le Gouvernement togolais, après consultation avec les instances de l’Organisation Internationale de la Francophone (OIF), principalement la Secrétaire Générale Son Excellence Madame Michaëlle JEAN, et en vue de s’offrir tous les moyens nécessaires de mieux préparer cette rencontre internationale de haut niveau, informe que cette Conférence ministérielle de la Francophonie ne pourra plus se tenir à Lomé du 24 au 26 novembre prochains comme initialement prévu », a indiqué le communiqué. La conférence ne se tiendra plus au Togo, oui, mais aucune raison n’est donnée par le gouvernement sur l’annulation de ce rendez-vous de haut niveau.

Mais point besoin d’aller par milles chemins pour trouver les raisons. Elles sont relatives à la crise politique qui secoue le pays depuis deux mois, une instabilité politique qui sape toutes activités dans le pays. Malgré ce climat déjà tendu, l’opposition togolaise maintient la pression de rue tant que les vraies réformes ne seront pas opérées.

Elle annonce  des manifestations les 7, 8 et 9 novembre prochains sur toute l’étendue du territoire.

Commentaire d'article

Umalis