Politique

Togo/Manifestation: Guerre de chiffres entre le gouvernement et l’opposition

Hier jeudi 19 octobre 2017 19 octobre, des affrontements ont également eu lieu entre forces de l’ordre et manifestants à Lomé et dans certaines banlieues. L’opposition réunie hier en conférence de presse, a dénombré trois morts et plusieurs blessés après les heurts. Le gouvernement lui, soutient qu’aucun mort ni blessé n’est à signaler.

Ce jeudi 19 octobre, de violents affrontements ont encore opposé les forces de l’ordre et manifestants à Bè, Adakpamé et Akodesséwa. Le ministre de la sécurité rapporte qu’aucun « mort, ni blessé n’a été enregistré malgré les affrontements ayant opposé forces de l’ordre et manifestants dans ces quartiers à Lomé ». Pourtant selon l’opposition, ces heurts ont fait 3 morts, une quarantaine de blessés par balles tirées de pistolets silencieux par les forces de l’ordre et des bastonnades jusque dans les domiciles.

« Je ne sais pas de quelles sources l’opposition a ces données. Je ne sais pas et je ne crois pas. Qu’on nous dise dans quel hôpital les morts ont été enregistrés et nous allons vérifier. Il faut comprendre cette campagne, les gens sont allergiques au fait qu’il n’y ait pas de mort. Je rends grâce à Dieu, il n’y a pas eu de mort », a insisté le ministre Yark Damehame.

Quant à la question des milices (hommes cagoulés, armés de gourdins et d’autres armes blanches) qui sèment la terreur dans la ville et que le ministre appelle les « groupes d’auto-défense », sont des deux (2) côtés (gouvernement, opposition) selon lui. Et de relever, « nous devons travailler pour éviter ce genre de choses ».

Commentaire d'article

Umalis