Politique

Togo / Ce que pense Gerry Taama de l’arrestation de l’Imam Alpha Hassan Mollar

Sokodé, ville située à 337 km au nord de Lomé, bénéficiait depuis quelques semaines d’un calme relatif. Mais, l’arrestation de l’Imam Alpha Hassan Mollar dans la nuit du lundi dans sa maison par des corps habillés a eu pour conséquence d’enflammer de nouveau cette vile. Echauffourées, dégâts matériels, pertes en vies humaines et nombreux blessés : les soulèvements se sont étendus à d’autres villes et le bilan est lourd.

Lors de son intervention ce mardi dans l’émission « Actu débat » sur la radio Métropolys, Gerry Komandéga Taama, le président du Nouvel engagement togolais (NET), a jugé cette arrestation « irraisonnée ». « L’arrestation d’un leader religieux devrait faire l’objet d’une plus grande réflexion. Il faut privilégier la pédagogie dans la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui avant d’arriver à une sanction extrême. Dans l’articulation des sanctions administratives et quasiment pénales, il y a d’abord la convocation. C’est lorsqu’on a convoqué une personne une, deux ou trois fois et qu’elle refuse qu’on peut l’arrêter manu militari », a-t-il déclaré.

En tant qu’ancien officier des Forces armées togolaises (FAT), Gerry Taama pense que « la situation est vraiment volatile, les gens sont très déterminés et énervés. Je suis un ancien militaire, j’ai connu des zones de guerre. On sait comment ça commence mais on ne sait jamais comment ça se termine et un conflit généralisé mais jamais à l’avantage de qui que ce soit ». A cet effet, il appelle les membres du gouvernement et les responsables de la coalition à la retenue.

Commentaire d'article

Umalis