Développement

Patrick Gomes, secrétaire général du Groupe ACP, reçu par Faure Gnassingbé ce lundi

Lors de la visite ce lundi du secrétaire général du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), les questions liées à l’accord de partenariat entre l’Union européenne et les pays ACP ont été abordées. Cela s’inscrit dans la perspective de la renégociation de l’Accord de Cotonou qui prendra fin en 2020.

En effet, l’accord de partenariat ACP-UE a été conclu en 2000 pour une durée de 20 ans, avec une clause de révision tous les 5 ans. Notons que la signature de cet accord, axé essentiellement sur la lutte contre la pauvreté, a marqué un tournant décisif dans les relations de coopération entre l’Union européenne et les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique). Il privilégie également le dialogue politique et l’aide au développement.

Selon Patrick Gomez, les nouvelles négociations en vue de la révision de cet accord portent sur les sujets d’actualité tels que l’entrepreneuriat des jeunes, l’autonomisation des femmes et les défis climatiques. Notons que la sécurité alimentaire, la lutte contre le Vih-Sida, le renforcement de la sécurité dans les régions fragiles ont déjà été considérés par le texte révisé en 2010.

Commentaire d'article

Umalis