Politique

Prochaines élections: le TJP plaide pour une CENI consensuelle ou supervisée par l’ONU

Le 2 octobre dernier était la Journée internationale de la non-violence, une journée commémorée par le Ton de la Jeunesse Patriotique (TJP). C’était l’occasion pour les responsables de cette organisation d’interpeller la classe politique togolaise (opposition et pouvoir) sur la nécessité de trouver un consensus pour sortir le pays de la crise sociopolitique actuelle.

Dans une déclaration liminaire, le Ton de la Jeunesse Patriotique (TJP) a tout d’abord condamné la violence faite lors des manifestations ayant occasionné des pertes en vies humaines, des blessés et déplacés.

S’adressant ensuite à l’opposition, le TJP l’invite à éviter la « surenchère » et à cesser tout débat contradictoire autour de « l’effet immédiat ou non de la loi ». Pour l’organisation, c’est du dilatoire « afin d’exclure le chef de l’État au lendemain des réformes de présenter une candidature ultime ».

Le TJP pour une sortie de crise et pour les prochaines échéances électorales, sollicite l’aide de la communauté internationale. « Le Ton lance un appel à la France, aux États Unis et à l’ONU à venir jouer le rôle de la CENI pour l’organisation des prochains scrutins au Togo, si les acteurs politiques n’arrivent pas à instaurer une commission consensuelle », a poursuivi la déclaration.

Par ailleurs, l’organisation propose qu’il soit inscrit dans la constitution qu’elle peut subir une modification, seulement si plusieurs partis politiques sont représentés à l’Assemblée nationale et surtout que le principal parti de l’opposition représente les 4/5.

Commentaire d'article

Umalis